"Nous croyons au nucléaire", une énergie qui "a de l'avenir en France", selon Bruno Le Maire

·1 min de lecture

Encore très controversé, le nucléaire pourrait encore avoir de beaux jours devant lui en France, malgré le développement des énergies vertes. "Nous croyons au nucléaire", une énergie qui "a de l'avenir en France", et dont l'avantage climatique doit aussi être reconnu au niveau européen, a affirmé le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. "Certains en France estiment que le nucléaire est fini, dépassé, et qu'il faut passer à autre chose qui serait - pour faire simple - les énergies renouvelables", a-t-il dit lors d'un déplacement à Gonesse (Val-d'Oise), aux côtés de la ministre déléguée à l'industrie, Agnès Pannier-Runacher.

"Nous, avec Agnès, sous l'autorité du président de la République, nous croyons à une voie totalement différente. Nous croyons au nucléaire", a-t-il poursuivi. "Nous estimons que le nucléaire a de l'avenir en France", a souligné Bruno Le Maire. "Nous pensons que c'est un atout considérable de compétitivité économique pour la France, que nous ne pourrons pas réussir la transition écologique sans le nucléaire". Un rapport récent estimait que la France pourrait tirer l'essentiel de son électricité des énergies renouvelables à l'horizon 2050, à condition de remplir une série de conditions techniques strictes et cumulatives.

>> A lire aussi - Eoliennes, solaire, hydrogène... Ces énergies vertes du futur

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, opposante au nucléaire de longue date, avait salué un "moment copernicien". "Ce n'est pas parce qu'on est (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Jeux Olympiques de Tokyo : le spectre d’une annulation resurgit
Un sculpteur provençal attaqué par les héritiers d’Hergé pour ses statues de Tintin
Covidliste : voici la carte des lieux de vaccination partenaires
Covid-19 : nombreux morts au Brésil et en Europe
Pétrole, hyperinflation, sanctions, émigration… le Venezuela dans un trou noir