Croissance : “l’économie se reprend mais gare aux mauvaises surprises !”

·1 min de lecture

Nous l’espérons toutes et tous : après les drames humanitaires et économiques de la pandémie en 2020, l’année 2021 devrait être marquée par la sortie de la crise sanitaire et le début de la reprise économique. Seulement voilà, ce rebond pourrait réserver de bien mauvaises surprises. Tout d’abord, celui-ci est loin d’être homogène à travers le monde. La Chine, l’Inde et les États-Unis se présentent d’ores et déjà comme les champions de la reprise mondiale. En février 2021, l’Empire du Milieu s’est même payé le luxe de réaliser un excédent commercial doublement historique : 103 milliards de dollars sur un mois et 648 milliards de dollars sur un an.

La Chine n’aura ainsi aucune difficulté à rester la première locomotive de la croissance mondiale en 2021, avec une augmentation de son PIB d’environ 8,6 %, contribuant à hauteur de 1,7 point à la progression annuelle du PIB mondial, qui devrait avoisiner les 5,2 % cette année. Grâce à une croissance de l’ordre de 4,8 %, les Etats-Unis apporteront une contribution à la croissance mondiale de 0,8 point. Quant à l’Inde, avec une progression annuelle de son PIB proche de 7 %, elle contribuera à hauteur de 0,5 point à l’augmentation du PIB planétaire.

>> A lire aussi - La Chine peut-elle dépasser les Etats-Unis ?

Bien loin de ces rebonds significatifs et déjà amorcés, la zone euro et la France ne parviennent toujours pas à sortir de la récession. La réalisation d’une croissance annuelle moyenne supérieure à 3 % pour l’UEM et à 3,5 % pour la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

7 raisons de craindre un bond de l'inflation selon un professeur d’économie de Princeton
Covid-19 : Jean Castex se tient "prêt à tout moment à prendre des mesures" pour l'Ile-de-France
Europe, Asie, Brésil… les infections au Covid-19 bondissent partout, sauf aux Etats-Unis
Le confinement fait plonger l’économie du Royaume-Uni
Inflation, pauvreté, livre… l’économie de la Turquie inquiète, Erdogan accuse des “ennemis imaginaires”