• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Si on se croisait, c’était bagarre générale": Booba revient sur la rixe avec Vald évitée aux Francofolies

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Booba, lors de son concert aux Francofolies de la Rochelle dans la nuit du 15 au 16 juillet 2022 - Romain Perrocheau - AFP
Booba, lors de son concert aux Francofolies de la Rochelle dans la nuit du 15 au 16 juillet 2022 - Romain Perrocheau - AFP

"Il n'y a pas de guerre avec Vald". Booba revient ce lundi dans le Parisien sur sa rivalité avec le rappeur d'Aulnay-sous-Bois. Rivalité qui a failli mener, vendredi à une altercation, en marge du festival des Francofolies.

Un cordon de CRS a ainsi dû être déployé pour éviter que les équipes des rappeurs ne se croisent, et sécuriser l'arrivée de Booba, qui a commencé son concert avec une heure et quart de retard.

"Ce qui est triste, c’est pour les gens qui ont dû m’attendre pendant presque une heure et demie et parce que ça donne une mauvaise image du rap pour rien. Bon, on s’est titillé sur les réseaux mais on n’allait pas faire une opération tabassage dans un festival. Nous, on était venu en paix", assure-t-il dans les colonnes du quotidien.

"Ce n'est pas une vraie guerre"

Les deux artistes, qui s'invectivent depuis des mois en ligne, sur fond d'accusation de fraude au streaming sur les plateformes musicales, se sont asticotés toute la journée de vendredi sur les réseaux sociaux.

Peu avant le show de son rival, Vald s'est présenté sur scène escorté par une trentaine de "gardes du corps", qu'il a présentés comme des proches venus célébrer ses 30 ans. Moqué sur Twitter par le rappeur de Boulogne-Billancourt, l'artiste s'est ensuite installé après sa performance dans un transat, bloquant l’accès de la scène à Booba.

"Je pense qu’il a eu peur que je lui fasse quelque chose, mais il n’y a pas de raison. Avec Vald, je me moque, je suis taquin, ce n’est pas une vraie guerre. Et on ne boxe pas dans la même catégorie. Il a voulu faire une démonstration de force, empêcher Booba de chanter mais il a échoué", assure l'interprète de DKR.

Les organisateurs et les CRS ont dû néanmoins intervenir pour permettre au rappeur de monter sur scène.

"Il y aura forcément des répercussions"

Booba - condamné à 18 mois de prison avec sursis après sa rixe à Orly avec Kaaris en 2018 - explique ne pas avoir répondu aux provocations de son homologue afin d'éviter une confrontation qui pourrait lui coûter de l'argent, et le renvoyer en prison.

"On a attendu le 'go' du festival, pour des raisons de sécurité. Si on y allait, si on se croisait, c’était bagarre générale. Mais on a préféré éviter. [...] Je ne vais pas me bagarrer pour Vald. Ce n’est pas mon ennemi juré, pas comme quand j’ai croisé Kaaris. Il n’y a pas d’histoire, il n’y a pas de guerre avec Vald", précise Booba.

À l'issue de sa prestation, Booba a cependant réclamé des dédommagements à Vald. Selon lui, ces tensions ont causé des torts à son image et à son public. "On ne peut pas arriver dans un festival et faire une telle démonstration de force, avec des gens qui viennent chercher la merde, il y aura forcément des répercussions", conclut-il.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles