Croatie: mobilisation contre les violences sexuelles après un fait divers sordide

Quatorze manifestations de soutien à une jeune victime de viols en réunion avaient lieu ce 19 octobre en Croatie. La protestation fait suite à l'arrestation, puis la remise en liberté, de cinq très jeunes adultes, accusés d'avoir violé une adolescente d'une quinzaine d'années pendant plus d'un an.

Avec notre correspondant régional, Laurent Rouy

Plusieurs milliers de personnes dans la capitale Zagreb, et dans 13 villes de Croatie, ont réclamé justice et ont exprimé leur colère, suite a un sordide fait divers, révélé la semaine dernière. Une mineure de la ville de Zadar, dans le sud du pays, avait été violée pendant un an par cinq jeunes de la ville. Ces derniers auraient filmé leurs ébats et utilisé ces vidéos pour contraindre la victime à de nouveaux rapports sexuels.

Mais c'est le comportement de la justice qui a le plus choqué, puisque les suspects ont été laissés en liberté après l’enquête. Ils auraient pour cela bénéficié d'appuis politiques. Le tribunal les a finalement fait arrêter le 18 octobre, pour tenter de limiter la contestation.

Trop tard. Dans les rangs des manifestants de nombreuses personnalités ont appelé à une prise de conscience des violences faites aux femmes, ainsi qu'a l'abolition, dans la loi, de la distinction entre le viol et l’étonnant délit de « rapport sexuel sans consentement », réputé moins grave en droit croate. Elles ont réclamé aussi le dépaysement de l'affaire de Zadar pour éviter les pressions sur les juges ainsi qu'une meilleure prise en charge des victimes de crimes sexuels.