La Croatie maintient son objectif de rejoindre l’euro en 2023

·1 min de lecture

Il n'y aura pas de laissez-passer vers la zone euro pour la Croatie. Si Zagreb peut lancer les préparatifs pour frapper des pièces de la monnaie unique, la Commission européenne souligne que le calendrier ambitieux du gouvernement croate ne signifie pas pour autant une procédure facilitée pour le pays.

Cette entrée "ne sera possible que si la Croatie remplit tous les critères de convergence", répète le vice-président de la Commission Valdis Dombrovskis. L'économie croate s'appuie principalement sur le tourisme. Entrer dans la monnaie unique serait particulièrement bénéfique pour le pays. Une récente étude de la banque nationale croate souligne d'ailleurs que le soutien à l'euro est passé de 41% à 45% en un an.

Mais pour cela Zagreb doit remplir quatre critères :

  • le contrôle l'inflation

  • la stabilité des finances publiques

  • ancrer pendant deux ans la monnaie nationale à l'euro

  • remplir les objectifs stricts de taux d'intérêt à long terme

L’arrivée éventuelle de ce nouveau venu ne perturbera pas l’équilibre de la zone euro. Le poids économique de la Croatie reste modeste au sein de l’UE. En revanche "politiquement c'est plus important car cela montre que l'euro reste attractif. Les pays qui veulent rejoindre cette zone peuvent le faire même si les conditions sont plus strictes", explique Daniel Gros du Centre for European Policy Studies. La Croatie veut dire au revoir à la kuna pour laisser place à l'euro au 1er janvier 2023

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles