Croatie : cinq personnes arrêtées après l’incroyable vol de bijoux au palais des Doges

V.G. avec AFP
Une paire de boucles d’oreilles estimée à près de 900 000 euros et une broche qui vaudrait 1,8 million d'euros ont été volées en janvier dernier

Quatre Croates et un Serbe, âgés de 43 à 60 ans, ont été arrêtés pour le vol de trois millions d’euros de bijoux durant une exposition au palais ducal.


Ils sont soupçonnés d’être derrière le vol très audacieux mené en janvier dernier au palais des Doges de Venise. Quatre Croates et un Serbe ont été arrêtés en Croatie, a annoncé jeudi le ministère croate de l’Intérieur.

Âgés de 43 à 60 ans, les suspects ont été arrêtés après que la justice italienne a délivré un mandat d’arrêt européen les visant. La police a cueilli les quatre Croates dans le secteur de Zagreb et en Istrie, une région proche de Venise. Le Serbe a été arrêté au poste-frontière de Tovarnik, ville croate frontalière avec la Serbie. Un des suspects est réclamé par la justice suisse pour le braquage d’une bijouterie de Bâle en mars 2011.

Le déclenchement du système d’alarme retardé


Estimés par les autorités croates à près de trois millions d'euros, les bijoux avaient été volés aux heures de visite d’une exposition consacrée aux « Trésors des Moghols et des Maharadjas », qui était passée l’année dernière par le Grand Palais. La police croate n’a pas précisé si elle avait récupéré ces pièces qui sont la propriété de la famille royale qatarie : une paire de boucles d’oreilles estimée à près de 900 000 euros, et une broche qui vaudrait 1,8 million d'euros, selon le ministère croate.

Selon la police italienne, les voleurs étaient parvenus à retarder le déclenchement du système d’alarme de la vitrine blindée dans laquelle se trouvaient ces bijoux. Après leur forfait, ils se sont mêlés aux visiteurs du palais, situé sur la place Saint-Marc en plein cœur de Venise, avant de prendre la fuite. L’alarme s’est déclenchée quand il était trop tard.

L’exposition rassemblait quelque 270 objets précieux indiens du XVIe au XXe siècle, issus de la collection appartenant au cheikh Hamad ben Abdullah Al Thani, membre de la famille royale du Qatar et et fils d’Abdallah ben Khalifa Al Thani, ancien Premier ministre de 1996 (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Racket : un commerçant de Corbeil-Essonnes brise la loi du silence
Aide aux migrants : jusqu’à quatre mois de prison ferme requis contre les «sept de Briançon»
Effondrements d’immeubles à Marseille : un septième corps retrouvé
Ce que l’on sait de Ian Long, l’ancien soldat qui a fait 12 morts en Californie
Vidéo poignante d’un enfant de 7 ans : la plainte devrait être classée sans suite