La croûte continentale se serait formée 500 millions d'années plus tôt qu'on ne le pensait

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

La Terre est la seule planète connue où la tectonique des plaques est active, ce qui a permis l'émergence de terres et la formation de la biosphère. Différentes études ont établi que la tectonique des plaques a commencé entre le début de l'Hadéen il y a 4 milliards d’années et 700 millions d’années. Une échelle de temps… pour le moins large. Car on manque cruellement d’indices.

Actuellement, la croûte continentale se forme par fusion partielle de roches du manteau ou des basaltes océaniques dans les zones de subduction. Mais avant l’Archéen (il y a 2,5 milliards d’années), la Terre était beaucoup plus chaude et la croûte océanique en subduction atteignait sa température de fusion bien plus rapidement, avant même d’être « recyclée ». Du coup, il ne reste pratiquement aucune trace de cette croûte juvénile : moins de 7 % de la croûte continentale actuelle daterait de plus de 3 milliards d’années, selon une étude de 2020.

Il faut donc se tourner vers d’autres indices. Les méthodes actuelles de datation se basent principalement sur les isotopes du strontium présents dans les carbonates marins. En effet, lorsque la croûte continentale est érodée ou altérée, elle ajoute dans l’océan des minéraux ou des nutriments qui vont précipiter dans les carbonates marins. Mais comme on l’a vu, au-delà de 3 milliards d’années, ces roches sont rares et sont susceptibles d’avoir été métamorphosées dans le manteau, de sorte qu’il est difficile d’en conclure quoi que ce soit.

Actuellement, la croûte continentale se forme par « recyclage » des roches du manteau dans les zones de subduction. © barks, Adobe Stock
Actuellement, la croûte continentale se forme par « recyclage » des roches du manteau dans les zones de subduction. © barks, Adobe Stock

La barytine, un véritable « registre océanique » pour reconstruire les évènements anciens

Une équipe de chercheurs vient donc de trouver une nouvelle méthode pour retracer la première émergence de roches anciennes : la barytine. Ce minéral se forme à partir d'une combinaison de sulfates provenant de l'eau de mer et se mélangeant à du baryum provenant d'évents hydrothermaux....

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura