Critiques sur la vaccination: Véran déplore "l'outrance" de certains élus

·2 min de lecture
Le ministre de la Santé Olivier Véran à Paris, le 7 janvier 2021

Le ministre de la Santé Olivier Véran a déploré dimanche "l'outrance" et les "fausses polémiques" émanant de certains élus "en campagne" qui s'en sont pris à la lenteur de la vaccination.

"Certains présidents de région sortants sont dans l'outrance", ainsi que "certains maires des grandes villes qui en profitent pour se faire un coup de communication", a fustigé le ministre dimanche sur Europe 1.

La semaine dernière, le président LR de la région Grand-Est, Jean Rottner, avait dénoncé un "scandale d'Etat" face à la lenteur du démarrage de la campagne de vaccination en France.

"Parler d'un +scandale d'Etat+ au bout de cinq jours ? Ne me dites pas qu'il n'avait pas trouvé la formule avant même que nous commencions à vacciner", a réagi M. Véran.

"Je discute avec des maires quel que soit le bord politique. Les choses se mettent en place en concertation et de bonne manière, et je déplore qu'on fasse de fausses polémiques au détriment de l'intérêt collectif", a-t-il poursuivi, précisant qu'il allait notamment se rendre la semaine prochaine à Troyes, où François Baroin (LR), maire de la ville et président de l'Association des maires de France (AMF), est "très heureux de (l)'accueillir".

"Aucun résident d'Ehpad de 85 ans ne reçoit 58 pages de documents" pour donner son consentement à la vaccination, s'est par ailleurs défendu le ministre, contrairement à ce qu'a affirmé le président du Sénat Gérard Larcher concernant son père résidant en Ehpad.

Se disant "serein", le ministre a affirmé que le pays devrait "dépasser les 100.000" vaccinés ce week-end.

"Un nombre d'élus ne manqueront pas de nous faire, dans deux ou trois semaines, le procès de la pénurie et de l'impréparation", a-t-il regretté.

juc/may/nm