Les critiques des films en salles la semaine du mercredi 18 janvier 2023

© Stephanie Branchu/Pyramide Distribution/Paramount Pictures All Rights Reserved

Youssef Salem a du succès ***

De Baya Kasmi, avec Ramzy Bedia, Noémie Lvovsky. 1h37.

Youssef Salem, 45 ans, rencontre un succès inattendu avec son premier roman inspiré de sa jeunesse et sa famille. Il tente d’en cacher le contenu aux siens. Belle surprise que cette comédie, la plus réussie de ce début d’année, qui séduit par son intelligence et ses qualités d’écriture. À travers les dérobades de son écrivain immature, Baya Kasmi propose une réflexion pertinente sur les rapports parfois conflictuels entre notoriété et racines familiales, moquant au passage, mais avec bienveillance, l’hypocrisie qu’elles suscitent. Les second rôles, bien dessinés et incarnés - Noémie Lvovsky s’en donne à cœur joie en éditrice enamourée -, accompagnent un Ramzy Bedia aussi touchant qu’amusant. Bap.T.

Nos soleils ***

De Carla Simon, avec Jordi Pujol Dolcet, Anna Otin. 2h00.

Dans un village de Catalogne, une famille exploite depuis trois générations une terre que veut récupérer le propriétaire pour son business de panneaux solaires. La décision génère des tensions en son sein. Après Été 93, la réalisatrice espagnole revient avec ce très beau drame poético-réaliste récompensé de l’Ours d’or à Berlin en février. S’y retrouve son sens du détail et la délicatesse d’un regard, notamment dans la manière de filmer les enfants. Des qualités qui confèrent une grâce discrète à un récit aussi solaire qu’engagé dont les longueurs traduisent la langueur d’un monde finissant, victime du progrès et du profit. Ba...


Lire la suite sur LeJDD