Les critiques continuent de pleuvoir sur Rabiot

Y.L.
Le choix d’Adrien Rabiot a suscité beaucoup d’incompréhension chez les Bleus

Les anciens Bleus et même des membres actuel du groupe France ont affiché leur désaccord avec l’attitude du milieu de terrain parisien.


Si Adrien Rabiot a gardé le silence ce jeudi, son renoncement continue de faire des vagues. Guy Stéphan, l’adjoint de Didier Deschamps, s’est fait la voix du groupe France, après le refus du milieu de terrain Parisien de 23 ans d’être suppléant pour le Mondial : « On en parle sur le coup, il y a de l’incompréhension chez les joueurs. Ils ne veulent pas le blâmer, parce que c’est un gars attachant, mais ils ne comprennent pas. »

Nabil Fekir, qui n’était pas assuré de faire partie de la liste, a confié sur RTL : « Moi, personnellement, j’aurais accepté », mais a nuancé en glissant : « On n’est pas là pour dire s’il a eu raison ou pas. Il est grand, il sait ce qu’il fait. »

Ludovic Giuly : «Il s’est mis toute la France à dos »

Sur SFR Sport, le champion du monde 98 Frank Lebœuf a fait beaucoup moins de sentiments. « Il faut que tu te remettes le cerveau à l’endroit parce que tu n’as pas compris, lance-t-il au joueur. Tu as insulté la France, le maillot français, les institutions. Et tu as insulté les joueurs qui ont été choisis à ta place. »

Ludovic Giuly, écarté de la liste en 2006, nous a confié qu’il trouvait la décision de Rabiot « incompréhensible » : « Représenter le pays est un honneur. Il est normal d’être frustré mais après, il ne faut pas faire n’importe quoi. En 2006, moi aussi j’avais les boules de ne pas être pris. Il ne fallait pas me parler de Domenech. Mais s’il m’avait appelé ensuite parce que quelqu’un était blessé, j’y serais allé en courant. Rabiot a juste montré qu’il perdait ses nerfs et faisait passer son énervement avant son intelligence. Il s’est mis toute la France à dos. »



Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

Le programme des Bleus jusqu’à la Coupe du monde
Mondial 2018 : où et à quelle heure voir les matchs ?
400 supporters pour le premier entraînement des Bleus à Clairefontaine
Giuly : «Rabiot s'est mis toute la France à dos»
Griezmann, avantage Atlético