Critiques non bienvenues : analyse de la rhétorique guerrière de la CAQ durant la pandémie

L'utilisation de ces métaphores militaires (« couvre-feu », « bataille », « front ou premières lignes », « soldats », « ennemi ») finit par se retrouver dans le langage courant. Il m'est arrivé moi-même d'utiliser le terme de « couvre-feu » et immédiatement, de m'interroger sur ce qu'il cache, ce qu'il permet de faire faire aux individus, de quelle façon il neutralise toute critique en dissimulant dans le sous-texte un « c'est comme ça, on n'a pas le choix ». Ces mots instillent en nous une incapacité à penser la crise sanitaire au-delà de l'agitation politique et médiatique quotidienne saturée de ces mots.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles