Critiqué pour ses pleurs, Neymar a le droit d’avoir des «émotions»

R.K. avec AFP
Gabriel Jesus, Fagner et Neymar étaient tous trois alignés vendredi face au Costa Rica

L’arrière-droit de la Seleçao est revenu sur le cas de son coéquipier, apparu très nerveux lors du match difficilement remporté contre le Costa Rica (2-0), vendredi.


Il avait fondu en larmes après avoir marqué le deuxième but du Brésil face au Costa Rica (2-0), vendredi. La presse brésilienne s’inquiète depuis d’une possible fébrilité psychologique de Neymar.

Visiblement à bout de nerfs, la star de la Seleçao avait écopé d’un carton jaune après avoir boxé le ballon de rage à la suite d’un pénalty refusé. Neymar avait en outre insulté son coéquipier du Paris Saint-Germain Thiago Silva en fin de rencontre, comme celui-ci l’avait ensuite révélé ensuite.

« Beaucoup d’épreuves »

« Tout sportif est un être humain avec des émotions, qui a le droit d’être contrarié par les choses qu’on dit sur lui », relativisait, dimanche, le défenseur Fagner en conférence de presse à Sotchi, camp de base du Brésil.

« Je crois que Neymar a traversé beaucoup d’épreuves. […] Les gens réagissent de manière différente et peut-être qu’il fallait qu’il évacue le trop-plein », a-t-il poursuivi, évoquant à mots couverts la longue convalescence de l’attaquant, éloigné des terrains de mars à juin à la suite d’une opération du pied.

« Des larmes de force »

« C’est difficile de le juger. Je pense qu’il rembobinait dans sa tête le film des derniers mois. Il a réussi à marquer, à participer à une nouvelle Coupe du monde et c’est le rêve de tout footballeur brésilien de porter ce maillot ici », a ajouté le latéral droit.

Face à la polémique, Neymar s’est pour sa part fendu d’un message sur les réseaux sociaux pour évoquer « des larmes de joie, de dépassement, de force », assurant qu’il ne s’agissait pas là d’un aveu de faiblesse.

Fagner a en tout cas réaffirmé le soutien plein et entier de la Seleçao envers sa star à trois jours d’un dernier match de poule décisif contre la Serbie mercredi à Moscou. « Nous le soutenons tous. C’est un homme expérimenté et il est capable de faire face à tout cela de la meilleure (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Le premier but du Panama au Mondial déchaîne les commentateurs du pays
Mondial : Russie, Maroc, Espagne, Portugal… le programme de lundi
Le Mondial du PSG : Kimpembe dans la cour des grands
Coupe du monde : la Colombie de Falcao élimine la Pologne
Déception polonaise, festival anglais et «Pogba show» : la journée du 24 juin au Mondial