Crise des urgences : un syndicat publie une enquête alarmante et dénonce « une maltraitance industrielle »

© Riccardo Milani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

La période estivale amplifie la précarité des services d'urgence. Une étude menée par le Syndicat SAMU Urgences de France (SUdF) révèle la grande précarité de ces services et dénonce une « maltraitance institutionnelle ». Sur les 331 établissements, soit environ la moitié des services nationaux, 95 % d'entre eux déclarent rencontrer d'importantes difficultés liées au manque de lits disponibles et au manque de personnel.

26 % d'entre eux sont contraints de mettre en place une restriction d'accès aux urgences. Et 22 %, soit 72 d'entre eux, ont dû recourir à la réduction de leurs capacités voire à la fermeture totale de leurs unités d'hospitalisation.

« Notre système de santé traverse une crise sanitaire sans précédent, accélérée cet été par les difficultés majeures en ressources humaines, la fermeture de lits d’hospitalisation et une moindre disponibilité de l’offre de soins libérale liée aux congés estivaux », note le syndicat.

Des structures d'urgence « en surtension»

Le syndicat dénonce des structures « en surtension ». « Les services d'urgences sont en très grande fragilité », résume le SUdF, qui souligne une « suractivité inhabituelle ». Les services d'urgence ont enregistré durant le mois de juillet 2022 une augmentation d'activité en moyenne de 12%, soit environ 180 000 passages de plus qu'en 2021 sur la même période. Faute de moyens, 42 établissements ont dû fermer leurs services d'urgences la nuit.

« La situation attendue au mois d'août va encore se dégrader, avec une au...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles