Crise des urgences : des pompiers "en bout de chaîne" appelés à manifester avec les soignants

franceinfo

"Des sapeurs-pompiers se font agresser dans la salle des urgences parce qu'ils attendent, avec la victime qu'ils transportent, 40 minutes qu'elle soit prise en charge", dénonce Sébastien Delavoux, animateur du collectif CGT des Services départementaux d'incendie et de secours (SDIS), mercredi 11 septembre sur franceinfo.

La CGT appelle à manifester mercredi 11 septembre à partir de 13h à Paris pour dénoncer la situation dans les hôpitaux et les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mardi, le collectif Inter-Urgences a décidé de reconduire la grève entamée il y a six mois, malgré les annonces de la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Les soignants vont être rejoints mercredi par les pompiers, également en grève depuis fin juin.


Franceinfo : dans le plan annoncé par Agnès Buzyn ce mardi, vous ne trouvez pas non plus votre bonheur ?

Sébastien Delavoux : les pompiers sont en rapport avec les urgences et avec la régulation médicale. Aujourd'hui, il n'y a pas de solution concrète avancée pour la régulation médicale. On a régulièrement des agents qui attendent 10, 15, 20 minutes pour avoir un médecin et passer un bilan avant de transporter.
Des sapeurs-pompiers se font agresser dans la salle des urgences parce qu'ils attendent, avec la victime (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi