Crise sanitaire : les stocks des producteurs français de laine s’accumulent

À Caisnes, dans l’Oise, Willy Balderacchi tond tous les ans ses 430 brebis. Chaque animal représente plusieurs kilos de laine. Il ne sait plus aujourd'hui plus quoi en faire. Dans son hangar, les ballots s’accumulent. "Vous avez un an de stockage de laine, montre l’éleveur. A cette époque-ci, en principe il ne devrait plus y en avoir", explique ce dernier. Car avec la pandémie, les usines chinoises tournent au ralenti. Or, 80% de la laine française est exportée, notamment vers l’Asie, pour en faire des vêtements. Sans les Chinois, difficile de trouver des débouchés. Résultat : les prix chutent. 200 tonnes de laine en stock Heureusement pour Willy Balderacchi, ses moutons sont d’abord élevés pour leur viande. Mais leur laine a toujours été utilisée et trouvait de nombreux acheteurs en France dans le textile, la literie ou encore l’isolation des bâtiments. Par manque de compétitivité par rapport aux pays émergents, la laine française n’est quasiment plus transformée sur place. Dans nos fermes, ce sont 200 tonnes de laine qui ne trouvent pas preneurs.