Crise sanitaire : la restauration collective dans la tourmente

Jeudi 5 novembre, une réunion de crise a lieu chez Sodexo. L’entreprise prévoit de supprimer 2 083 postes pour affronter la crise. "Cette période, j’aurais jamais cru la vivre, témoigne pour France Télévisions Sylvie Beccari, déléguée central CFDT chez Soxedo. C’est douloureux, c’est compliqué." Les syndicats demandent des "éléments fiables" pour justifier le plan social. Mais difficile d'y échapper : depuis le mois de mars, l’entreprise donne priorité au télétravail et les cantines d’entreprises sont presque désertes. Se réinventer Sodexo affichait déjà un moral en berne l’an dernier : l’entreprise a perdu 17% de son chiffre d’affaires en France en 2019. La crise est "un accélérateur d’une tendance" affirme François Rebeix, DRH de l’entreprise. Elior, le concurrent de l’entreprise, prévoit de son côté de supprimer 1 800 emplois. "Le self dans son modèle actuel a vécu, maintenant on va devoir réfléchir à une offre de services tout au long de la journée", explique Annie Pinquier, consultante en restauration collective.