Crise sanitaire : des nouveaux profils de bénévoles dans les associations

Au sein des banques alimentaires, la plupart des bénévoles sont historiquement des retraités. "Ce n’était pas mon habitude de charger des palettes", témoigne l'une d'elles, Véronique Luthringer, ancienne orthophoniste. Avant la crise sanitaire, les plus de 65 ans représentaient 65% des bénévoles dans les banques alimentaires. Depuis le Covid, nombre d’entre eux sont rester confinés chez eux. Les structures ont ainsi dû recruter, en passant des annonces. Renouveler le vivier de volontaires Des bénévoles plus jeunes ont répondu à l’appel. David Ayral, chef d’entreprise, est l’un de ces nouveaux bénévoles. Il vient aider régulièrement le matin, expliquant faire "une petite parenthèse dans [s]on emploi du temps". Chaque année, 44 000 tonnes de marchandises sont récoltées rien que par la banque alimentaire de l’Ile-de-France. Les distribuer nécessite un important vivier de bénévoles, qu’il faut sans cesse renouveler. "Plutôt que de rester chez soi, c’est très intéressant, explique Stéphane Monferm, cuisiner dans un palace parisien. Déjà parce qu’on rencontre des gens super sympas, motivés (…) et puis ça sert à quelque chose". 57% des nouvelles candidatures sont des personnes actives, souvent en chômage partiel, et 20% des étudiants.