Crise sanitaire : l'appel à l'aide des commerçants français

À Longuenesse (Pas-de-Calais), Anne Stoven aimerait bien ouvrir le rideau de sa boutique. "Il est vraiment temps que ça ouvre, oui. C'est triste, un magasin fermé comme ça, explique-t-elle. Et pour les employés, pour nos équipes, pour nous, c'est vraiment le bout du bout." Sa bijouterie, située dans un grand centre commercial, est fermée depuis près de trois mois. " [La réouverture le 10 mai], c'est vraiment impératif. C'est 20 jours avant la fête des mères, qui est le 30 mai cette année, c'est un risque de licenciements, de dépressions", poursuit-elle. "Une catastrophe économique" Dans la matinée du jeudi 22 avril, une centaine de grandes enseignes a appelé, comme Anne Stoven, à rouvrir tous les commerces le 10 mai. Pour Olivia Kharoubi, gérante d'une boutique de vêtements à Paris, le temps presse. "Tout ce qui est petits pulls, elles vont plus aller dessus, et le problème c'est que nous, toutes ces pièces-là, on les a reçues entre fin janvier et février. Pour nous, c'est une catastrophe économique." Alors, certaines boutiques ont lancé des appels à l'aide originaux au Premier ministre Jean Castex, en lui envoyant… des petites culottes. L'initiative vient de plusieurs boutiques de sous-vêtements, qui redoutent elles aussi pour l'avenir de leur commerce.