Crise sanitaire : des jeunes inquiets face à l'avenir

Trinquer dans un bar, sortir en boîte de nuit, ou se retrouver à la bibliothèque : en ces temps de confinement, rien de tout cela n'est possible pour les jeunes. Ils se retrouvent contraints de supporter des cours à distance et une vie sociale réduite. "Les amis, c'est comme la famille, donc du coup, c'est vraiment compliqué de pas les voir", déplore un jeune. "Les conditions de travail à la maison et en classe, c'est pas la même chose", regrette une étudiante. Piocher dans ses économies Les cours en présentiel ont lieu uniquement pour les lycéens et les élèves de classe prépa, comme Elsa Mallet-Orlianges, étudiante en art. Dans son studio de 13 mètres carrés, sa première année à Paris est devenue étouffante. "Je vois pas l'aboutissement de mes études, c'est vraiment difficile, j'ai l'impression qu'on nous presse et qu'on me bloque, qu'on me prend ma liberté alors que c'est mon dû de l'avoir", confie-t-elle. À cela, s'ajoute une angoisse financière : l'étudiante travaillait dans une boutique de cosmétiques cet été. Elle voulait continuer à la rentrée, mais avec le reconfinement, impossible de trouver un emploi, l'obligeant ainsi à piocher dans ses économies.