Crise sanitaire : quand Jacques Chirac forçait la main à Lionel Jospin

Depuis plusieurs semaines, le monde entier traverse une grande crise sanitaire liée au coronavirus et pour cesser sa propagation plus de quatre milliards de personnes sont confinées à leur domicile jusqu'à nouvel ordre. En France, un débat récurrent oppose les scientifiques favorables à la généralisation de la chloroquine pour soigner les malades - emmenés par Didier Raoult -, à ceux qui préfèrent attendre les résultats des études cliniques actuellement menées, à l'instar de Karine Lacombe.

Un débat qui a rappelé des souvenirs au sénateur Philippe Bas, éphémère ministre de la Santé de Jacques Chirac, lors d'une autre crise, celle de la vache folle, en 2000. Celui qui était alors secrétaire général adjoint de l'Elysée est revenu dans L'Express sur le conflit qui opposait Jacques Chirac et son Premier ministre de cohabitation Lionel Jospin. Pour Philippe Bas, le président décédé en septembre dernier avait géré la crise de la vache folle "avec psychologique" tandis que Lionel Jospin "était davantage rationaliste". "Il n'y avait pas de preuve que les farines animales pouvaient diffuser l'agent infectieux. Jospin voulait donc compléter les études avant de les interdire, il s'obstinait," s'est-il souvenu, avant de révéler comment Jacques Chirac a forcé la main de son Premier ministre.

"Jospin était fou furieux"

Le 7 novembre 2000, Jacques Chirac fait un discours dans lequel il est très clair : "S'agissant des farines animales, une expertise a été demandée, à juste titre, à l'Agence de

Retrouvez cet article sur GALA

Halle Berry remet à leur place les internautes hérissés par une photo de son fils avec des talons hauts
La chanteuse Duffy violée et séquestrée : elle révèle des détails glaçants
Meghan Markle insensible et égoïste : ces nouvelles accusations après le Megxit
Cet ancien président avait bluffé Olivier Véran
Emmanuel Macron moqué pour son goût des "déguisements" : "Qu’est ce qu’il a été faire avec un masque sur le nez ?"