Crise sanitaire: la Cour des comptes pointe l’impréparation des acteurs publics

·2 min de lecture

La Cour des comptes a publié ce jeudi son rapport annuel 2021, consacré essentiellement à la gestion de la crise. Les sages de l'institution en tirent les premiers enseignements de l’année écoulée. Le rapport pointe la faible anticipation de la crise par la majorité des acteurs publics.

Pour évaluer la gestion de la pandémie, les auteurs du rapport se sont intéressés à plusieurs acteurs publics mis en difficulté. Ils se sont surtout penchés sur les établissements hospitaliers et plus particulièrement sur les services de réanimation.

Si le rapport souligne la forte mobilisation du personnel hospitalier et de l’État pour faire face à l’urgence, il pointe le recul des capacités dans les services de réanimation. L’institution indique que durant ces six dernières années, la progression du nombre de lits d’adultes a été six fois plus faible que celle des effectifs de personnes âgées qui constituent aujourd'hui près des deux tiers des malades hospitalisés. Par conséquent, la Cour insiste fortement sur l’urgence de prendre en compte le vieillissement de la population et d’augmenter les soins en conséquence.

L'Éducation nationale pas suffisamment préparée

L’enseignement est autre élément marquant identifié par l’institution. Cette dernière évoque des failles apparues dans l’enseignement pour affronter la crise. Le rapport souligne que l’Éducation nationale n'a pas suffisamment prévu les dispositifs nécessaires pour palier à la fermeture les établissements scolaires.

Le rapport pointe un déficit structurel dans l’équipement numérique des écoles pour assurer l’enseignement à distance. Il souligne que la continuité scolaire a pu être assurée « rapidement » grâce aux outils numériques existants, mais ceux-ci ont montré leurs limites, notamment pour les plus jeunes et pour les élèves souffrant de handicaps. Par conséquent, la Cour recommande aux établissements scolaires d'augmenter leurs équipements numériques.

La dette de l'assurance chômage

Autre dossier chaud mis en lumière par la Cour des comptes : l'augmentation de la dette de l’assurance chômage. Le rapport tire la sonnette d’alarme sur le déficit de l’assurance chômage supérieur à 17 milliards d’euros en 2020, un montant record. Cela est dû à la forte mobilisation pendant la crise, notamment pour financer le dispositif d'activité partielle. La Cour invite l’État à reprendre une partie de cette dette qui s’élève au total à 54 milliards d’euros.

Toutefois, le rapport ne comporte pas que des critiques, on y trouve également des points positifs. La Cour salue la grande capacité de réactivité des acteurs publics qui ont su répondre à la brutalité de la crise, et qui ont aussi su faire preuve d'innovation pour faire face à la pandémie. Elle prend pour exemple le coût maîtrisé de l’aide de l’État pour le retour des Français qui se sont retrouvés bloqués à l'étranger lors du premier confinement.