Crise sanitaire : une aide alimentaire indispensable pour certains étudiants

À chaque distribution, la file s'allonge. Sur le campus de Bordeaux (Gironde), de plus en plus d'étudiants viennent chercher leur colis, distribué par la Banque alimentaire. Tous sont boursiers, privés par la crise sanitaire du petit boulot qui complétait leurs revenus. "D'habitude, je travaille, je fais des saisons. Cet été, je n'ai pas trouvé, j'ai pas pu", témoigne une jeune femme. "J'ai cherché dans la restauration, du coup ce n'est pas possible. Mon loyer fait 545 euros, après je vis avec moins de 100 euros par mois", indique une autre. "On voit qu'il y a un besoin réel" Dans les colis, on trouve de quoi équilibrer le repas et améliorer l'ordinaire, comme des navets, des carottes, des bananes, des kiwis et des boîtes de conserve. "On voit qu'il y a un besoin réel", constate un bénévole de la Banque alimentaire. Depuis le mois de mars, 13 700 étudiants du campus de Bordeaux ont bénéficié de l'aide. En parallèle, les restaurants universitaires proposent aux boursiers des menus à emporter à 1 euro, contre 3,30 euros habituellement.