Crise sanitaire : à Marseille, les petits commerçants retrouvent le sourire

À Marseille (Bouches-du-Rhône), dans un salon de thé du centre-ville, la gérante se prépare à accueillir la clientèle, plus nombreuse depuis la fermeture des grands centres commerciaux. Dzovig Anakelian enregistre en effet 100 euros de recettes supplémentaires par jour. "J'ai beaucoup plus de monde le midi, beaucoup en fin de service, j'étais fermé les samedis et je vais rouvrir parce qu'il y a énormément d'affluence le samedi", se réjouit la commercante. Prolongation des soldes jusqu'au 2 mars La fermeture des grandes structures a comme un goût d'avant pour Georges Garant, quant à lui gérant d'un magasin de vêtements : "nous avons pratiquement retrouvé l'ambiance qu'il y avait avant que les grands centres-commerciaux se créer". Les commerces de centre-ville pourront aussi profiter des soldes, qui ont été prolongées jusqu'au 2 mars.