Crise sévère de l'énergie en Moldavie

La crise énergétique qui frappe l'Europe est particulièrement aigüe en Moldavie. La petite République située entre la Roumanie et l'Ukraine, doit faire face à une diminution de moitié du gaz importé de Russie, dont le prix a en outre été multiplié par six.

Par ailleurs, Chisinau ne peut plus compter sur l'électricité provenant de la région séparatiste pro-russe de Transnistrie, qui fournissait 70% de ses besoins. Les 30% restants étaient assurés par l'Ukraine, mais les frappes russes sur les infrastructures ukrainiennes ont stoppé ces approvisionnements. La Roumanie s'est engagée à couvrir ce déficit mais dans la mesure du possible.

Le gouvernement exhorte les habitants à économiser l'énergie. Face à l'envolée des coûts, certaines entreprises ont préféré suspendre leur production, comme ce fabricant de briques : "nous avons un pied là-bas en Russie et un autre dans l'Union européenne, donc nous sommes à un moment décisif. C'est la période la plus difficile pour notre pays", explique Ion Ignat.

A la tête de sa brasserie artisanale, Serguei subit aussi la flambée des cours de l'énergie. Il réfléchit à "augmenter les tarifs, au risque de réduire les ventes". Et pour s'adapter aux nouvelles restrictions nationales, il produit en dehors des heures de pointe. "Nous avions l'habitude de dépenser environ 12 000 lei, soit 700 euros, par mois pour l'électricité. Maintenant, nous dépensons plus de 2 000 euros. Le coût de l'électricité a donc triplé pour nous et ce n'est pas fini", explique-t-il

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, est attendue jeudi en Moldavie pour discuter d'un renfort de l'aide à ce pays candidat à une adhésion à l'UE.