Crise politique en Guinée-Bissau : situation confuse, l'armée prend plusieurs institutions

À la Une de ce journal, la confusion totale en Guinée-Bissau. La Cour suprême n'ayant toujours pas validé les résultats du scrutin, le candidat Umaro Sissoco Embalo, donné vainqueur par la Commission électorale, a prêté serment la semaine dernière. Le parlement, qui a, lui, constaté la "vacance" du pouvoir, a investi son président conformément à la Constitution. Mais ce dernier a démissionné au bout de quelques heures. Depuis, l'armée a pris les bâtiments stratégiques de la capitale, sans prendre position pour un candidat.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles