Crise politique au Somaliland après la fin du mandat du président Bihi

© Malak Harb / AP

L'opposition du Somaliland annonce qu'elle ne reconnait plus la légitimité du président Muse Bihi Abdi : la présidentielle aurait dû avoir lieu dimanche 13 novembre, mais le chef de l'État a obtenu le mois dernier un report du scrutin et une prolongation de son mandat. Aucune nouvelle date n'est fixée et le pays est dans l'impasse.

Avec notre correspondante régionale, Albane Thirouard

L’opposition a mis sa menace à l’exécution. Selon la Constitution, le mandat du président Muse Bihi Abdi devait prendre fin dimanche. Il n’est officiellement plus légitime, a annoncé l’opposition.

Le calendrier des élections est au cœur de cette crise politique. En septembre, la Commission électorale a déclaré avoir besoin de neuf mois pour organiser la présidentielle, citant des raisons « techniques et financières » et repoussant ainsi l’élection à 2023.

Puis dans la foulée, un puissant conseil d'anciens, les Guurti, a prolongé de deux ans le mandat du président Bihi provoquant la colère de l’opposition. Celle-ci était déjà descendue dans les rues en août pour exprimer son mécontentement : au moins cinq personnes avaient alors été tuées.

Ce rejet de l'extension du mandat présidentiel alimente donc les inquiétudes quant à un regain des tensions dans la région. Plusieurs discussions ont déjà eu lieu pour tenter de trouver un accord, mais sans succès.


Lire la suite sur RFI