Crise des sous-marins : après un "camouflet", Clément Beaune appelle à un sursaut européen

·1 min de lecture

En quelques heures, le "contrat du siècle" est parti en fumée. L'Australie s'est retiré de ce fameux accord qui prévoyait la livraison de 12 sous-marins par la France, pour une valeur de 56 milliards d'euros. S'en est suivie une crise diplomatique entre la France et l'Australie​, mais également avec les Etats-Unis. Dans le Journal du Dimanche, ce 26 septembre, le secrétaire d'Etat ​(auprès du ministre​) chargé des Affaires européennes lance un appel à l'Europe pour encore plus de souveraineté. S'il considère qu'en quatre ans "l'Europe a profondément changé", elle a dû aussi s'adapter​, avec le Brexit et la crise sanitaire.

En "améliorant sa souveraineté en matière de technologie", ou en renforçant sa gestion des frontières, l'Europe doit désormais être capable d'assumer son statut de grande puissance, estime Clément Beaune​. "​Les Européens ne tendent plus la joue quand on la gifle", souligne-t-il au passage et se sont affranchis de cette mentalité où il fallait "toujours chercher à tendre la main ou s'excuser".

>> A lire aussi - Sous-marins, Afghanistan… l’UE doit “ouvrir les yeux”, sur les Etats-Unis, avertit Bruno Le Maire

Raison pour laquelle le ministre qualifie l'affaire et la crise des sous-marins de "camouflet européen" et non français. "Certains de nos alliés pensent que la parole engagée vis-à-vis d'un grand pays européen ne vaut rien (…) nous nous tenons ensemble", met en avant Clément Beaune dans le JDD. Et s'il considère que la relation avec les Etats-Unis est nécessaire", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

"Estro collabo" : le maire de Nice visé par des manifestants anti-pass sanitaire devant son domicile
Face aux pénuries de main d'œuvre, le Royaume-Uni obligé d'accorder des milliers de visas post-Brexit
Crise du Covid-19 : une génération (au moins) à payer la dette du “quoiqu‘il en coûte !”
Comment une ​Tik​Tokeuse a chamboulé des milliers d’études scientifiques en quelques secondes
Grève nationale "très suivie" des sages-femmes qui réclament davantage de reconnaissance

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles