Crise de l'hôpital : "Jusqu'à présent nous avons pu tenir "

La rédaction d'Allodocteurs.fr

Infirmiers, médecins, aides-soignants, anesthésistes… Des milliers de soignants ont prévu de manifester jeudi 14 novembre pour réclamer des actions et des moyens pour « sauver l’hôpital public ». Cette large mobilisation est organisée depuis des semaines par les collectifs inter-urgences et inter-hôpitaux.

Un chiffre cristallise la colère et les inquiétudes de leurs membres : l’augmentation de l’Ondam de l’hôpital public. L’objectif national des dépenses d’assurance-maladie a été fixé par le dernier projet de financement de la Sécurité Sociale à 2,1% en 2020.

L’Ondam est le montant total des soins qui pourront être remboursés chaque année par l’Assurance maladie. Pour ces deux collectifs, un taux de 2,1% ne suffit pas à compenser la hausse mécanique des dépenses de santé liées notamment au vieillissement de la population.

Pour en parler, le Magazine de la santé accueilli en plateau le Pr Antoine Pelissolo, représentant du collectif inter-hôpitaux et chef du service psychiatrie à l’hôpital Henri Mondor AP-HP à Créteil dans le Val-de-Marne.

  • Après sept mois de mobilisation dans plusieurs établissements de santé, quelle a été votre réaction à l’annonce de ce taux ?

Pr Antoine Pelissolo, collectif inter-hôpitaux : « C’était un grand découragement. Nous espérions ne pas (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi