Crise de l'hôpital : "Le Covid a montré qu'on pouvait retravailler autrement avec un seul but : le soin, le malade", espère le fondateur du collectif Inter-hôpitaux

franceinfo

"Le Covid a montré tout d'un coup qu'on pouvait retravailler autrement avec un seul but : le soin, le malade. Et retrouver du sens au métier", espère André Grimaldi, professeur émérite de diabétologie au CHU Pitié-Salpêtrière, co-fondateur du Collectif Inter-Hôpitaux samedi 16 mai sur franceinfo. En visite vendredi à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, Emmanuel Macron a dit vouloir "mettre fin" à la "paupérisation" des personnels soignants. Il a promis que l'État "sera[it] au rendez-vous", répondant aux interpellations des infirmières des urgences de l'hôpital.

franceinfo : Emmanuel Macron a demandé un travail "express" sur le sujet des hôpitaux. Il annonce une concertation la semaine prochaine. Ce sont des signaux encourageants ?

André Grimaldi : Ils arrivent après d'autres signaux, qui étaient déjà encourageants, et qui ont été suivis de déception. Il y a eu le "grand débat", d'où était sorti l'hôpital public comme une des revendications principales. Ensuite, il y a eu le plan massif annoncé par le Premier ministre le 20 novembre, qui s'est soldé par des mesures totalement insuffisantes sur les salaires, il n'y a pas besoin d'une grande concertation. La France est en 28e position sur les 32 pays de l'OCDE en ce qui concerne le salaire des infirmières. Donc il faut un plan de rattrapage pour arriver au moins à la moyenne de l'OCDE. Avant la crise du Covid-19, il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi