Crise humanitaire. La position de l'UE sur les réfugiés s'est rapprochée de celle des pays de l'Est

·2 min de lecture

L’accueil d’exilés afghans ne causera pas de nouvelle fracture Est-Ouest comme en 2015, pendant la crise de réfugiés. Entre-temps les pays de l’Ouest se sont largement ralliés à la politique de fermeture des frontières défendue entre autres par la Pologne, explique ce journal de Varsovie, constate le quotidien de Varsovie, Dziennik Gazeta Prawna.

Depuis vendredi 20 août, un décret du ministère de l’Intérieur polonais autorise les gardes-frontières à refouler les personnes entrées illégalement sur le territoire. En Lituanie, cette méthode mise en place au début du mois d’août a arrêté la vague de réfugiés venant de Biélorussie, puisque les gardes-frontières pouvaient repousser physiquement les arrivants. Le nombre de personnes arrêtées pour tentative de franchissement illégal de la frontière est ainsi retombé à son niveau d’avant la crise.

Selon des militants venus porter assistance aux migrants qui campent à la frontière polono-biélorusse, ces étrangers avaient déjà été renvoyés à de nombreuses reprises par les forces polonaises. Le 22 août, ces dernières ont rétorqué que certains des migrants étaient retournés en Biélorussie, mais que d’autres avaient pris leur place. Varsovie a aussi transmis à Minsk une proposition officielle d’envoi de convoi humanitaire afin de venir en aide au “groupe de migrants présents sur le territoire biélorusse”. La proposition a été rejetée le 24 août.

À lire aussi: Vu de Suisse. L’Europe achète les faveurs de pays lointains pour contenir l’afflux de réfugiés

En revanche, les obstacles de barbelés installés le long de la frontière se montrent pour le moment inefficaces. La prochaine étape sera-t-elle la construction d’une clôture permanente sur le modèle lituanien ? Annoncé par Vilnius en juillet, le projet doit coûter 152 millions d’euros et être achevé en septembre 2022.

Une répétition du scénario de 2015 ?

Jusqu’ici, la Lituanie est parvenue à éviter une guerre politique au

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles