«Une crise historique» : pourquoi les boulangers souffrent autant de la hausse du prix de l'énergie

© EUROPE 1
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des factures d'électricité multipliées par huit, voire dix pour certains. Les 33.000 boulangeries françaises payent le prix fort la hausse du tarif des matières premières, mais surtout de l'énergie. Ce jeudi, Emmanuel Macron a demandé aux fournisseurs d'énergie de "renégocier" les "contrats excessifs" de toutes les TPE , dont les boulangeries. Mais pourquoi ces entreprises sont-elles les plus concernées ? Jean-François Feuillette, fondateur et président des boulangeries pâtisseries du groupe Feuillette, invité ce vendredi de "La France Bouge", apporte quelques éléments de réponse.

Le chef d'entreprise, à la tête du troisième réseau de boulangeries artisanales de France, reconnait d'emblée que "ce sont les petites structures qui sont les plus impactées. Dans un fournil de boulangerie, qu'on soit une petite ou une grande structure, on utilise le même matériel. Qu'on allume un four pour cuire 100 baguettes ou pour en cuire 1.000, c'est le même coût du prix de l'énergie. Mais bien sûr, ce n'est pas le même coût par baguette quand on en cuit 100 ou quand on en cuit 1.000", insiste-t-il au micro d'Elisabeth Assayag. "On est réellement dans une crise historique, c'est du jamais vu !"

"Les boulangers n'ont jamais eu d'aides pour changer leur matériel"

Alors que le matériel électrique nécessaire à la confection des produits est ce qui explique la hausse des factures, "les boulangers n'ont jamais eu d'aides pour changer le matériel. Le four est ce qui consomme le plus, c'est la pièce ...


Lire la suite sur Europe1