La crise franco-allemande est d’abord celle entre Scholz et Macron

PHOTO SARAH MEYSSONNIER/REUTERS

Il y a quelque chose qui cloche entre Emmanuel Macron et Olaf Scholz. Voilà des jours que la relation est tendue et, comme dans la plupart des crises conjugales, le spectacle est déroutant. Ce n’est pas la première fois que Paris et Berlin sont en conflit et s’envoient des piques, mais l’irritation atteint cette fois des proportions inégalées. Ce dont on ne peut tirer qu’une seule conclusion : le problème se situe au niveau des chefs. Le président Macron et le chancelier Scholz ne semblent pas réellement se faire confiance – quand bien même ils se sont efforcés de démontrer le contraire au cours d’un long déjeuner ce mercredi 26 octobre.

Macron, avec ses postures de chef d’État international, n’a pas toujours facilité la tâche à Angela Merkel en prônant ses grandioses idées européennes. La chancelière était néanmoins parvenue à un équilibre avec lui – équilibre que son successeur n’a manifestement pas encore trouvé. Les différends sur les questions énergétiques et militaires ne peuvent pas expliquer à eux seuls la situation.

Vanités et vexations

À Paris aussi, le style de gouvernement de Scholz est source d’agacement : le chancelier allemand n’aurait pas jugé bon d’avertir [Paris] de son programme d’aide de 200 milliards d’euros [à destination des ménages et entreprises allemands]. Cet été, il a également prononcé un discours sur l’Europe dans lequel il accordait à peu près autant d’importance à la France qu’à Monaco. Emmanuel Macron est désormais vexé. Ce qui ne tient pas seulement à sa vanité car, ailleurs aussi, on se plaint de plus en plus des initiatives isolées de la part de Berlin.

Olaf Scholz serait donc bien inspiré de renforcer sa relation avec Macron et de ne pas donner l’impression qu’il suffit d’un ou deux coups de fil à Joe Biden pour soigner ses liens avec ses plus proches alliés. Cette crise entre Paris et Berlin survient au pire moment imaginable depuis des décennies : l’Europe est mise à l’épreuve comme jamais. Nous avons toujours été certains que le couple franco-allemand serait à la barre pour sortir le continent de ce genre de crise. Le chancelier allemand doit à présent veiller à ce que cette certitude n’aille pas s’ajouter à toutes celles qui ont volé en éclats cette année.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :