Crise du Covid-19: le groupe pétrolier BP supprime 10000 emplois dans le monde

Le groupe pétrolier BP a annoncé lundi la suppression de 10 000 emplois à travers le monde sur quelque 70 000 postes, en raison de la crise provoquée par la pandémie de coronavirus.

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Les coupes claires décidées par BP vont affecter pas moins de 15% de ses salariés d’ici la fin de l’année. Sur ces 10 000 emplois supprimés, 2 000 sont basés au Royaume-Uni et sont essentiellement des postes de bureau concernant surtout les cadres.

Le directeur général du groupe, Bernard Looney, qui a pris ses fonctions en février, a déjà annoncé le mois dernier une réduction d’un tiers de l’équipe de direction et un gel des salaires jusqu’à la fin de l’année pour ceux qui conservent leur poste.

Le géant pétrolier avait aussi annoncé en avril une baisse de 25% de ses dépenses cette année en raison de l’effondrement de la demande en pétrole provoquée par les mesures de confinement décidées à travers le monde pour enrayer la propagation du coronavirus.

Mais au-delà de cette conjoncture, Bernard Looney entend « réinventer » BP pour réussir la réorientation de la compagnie britannique créée il y a 111 ans vers les énergies renouvelables. L’un de ses objectifs est ainsi d’atteindre zéro émission de carbone d’ici 2050.