Crise cardiaque : pourquoi les fumeurs ont moins de chance d’y survivre

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Peter Zelei Images via Getty Images
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une étude met en lumière les raisons pour lesquelles le pronostic des fumeurs est plus sombre après un infarctus du myocarde.

Le tabagisme est associé à de nombreuses maladies. Fumer est d’ailleurs la première cause de mortalité évitable, avec environ 75 000 décès estimés en 2015 en France métropolitaine. Le plus connu est le cancer du poumon, mais le tabac peut aussi causer des cancers au niveau de la gorge, de la bouche, du pancréas ou de l’utérus. C’est également l’un des principaux facteurs de risque d’infarctus du myocarde (ou crise cardiaque). Une étude décrypte pourquoi les fumeurs ont moins de chance d’y survivre.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "80 000 personnes font un infarctus chaque année en France, alors que c’est très simple à éviter"

Une protéine au rôle protecteur

Les chercheurs de l’Université de Rabat, au Maroc, et d'Irbid, en Jordanie, ont réalisé des prélèvements sanguins chez 40 participants victimes de crise cardiaque, dans l’heure, puis dans les quatre, 24, 48 et 96 heures suivant le diagnostic de crise cardiaque. Ils ont notamment comparé les niveaux de la protéine A1AT des fumeurs à ceux des non-fumeurs et des personnes qui avaient de l’hypertension à ceux qui n’en avaient pas.

Les résultats présentés lors de la Réunion annuelle de l'American Physiological Society Experimental Biology 2022, à Philadelphie, montrent que les niveaux de la protéine A1AT étaient très bas chez les fumeurs. Or celle-ci a un rôle protecteur des tissus cardiaques. Selon les auteurs, le maintien de niveaux appropriés d'A1AT chez les fumeurs pendant ou juste après la crise cardiaque pourrait donc permettre d’améliorer les chances de survie. Chaque année, on compte en moyenne 80 000 infarctus du myocarde par an en France et environ 12 000 décès.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Depuis les trois confinements, il y a une augmentation du tabac chez les jeunes"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles