Les risques de crise cardiaque plus élevés le dimanche et les jours fériés ?

·2 min de lecture
Upset stressed mature middle aged woman feeling pain ache touching chest having heart attack, sad worried senior older lady suffers from heartache at home, infarction or female heart disease concept

En étant capable de prédire l'arrivée d'une crise cardiaque, les chercheurs veulent améliorer le pronostic des patients.

Est-il possible de prédire à l’avance la survenue d’une crise cardiaque ? C’est la mission que s’est donnée une branche de l’intelligence artificielle. Grâce à l’apprentissage automatique, les chercheurs veulent anticiper l’arrivée d’une crise cardiaque. Pour cela, ils ont utilisé une combinaison de données temporelles et météorologiques, comme le rapporte une étude publiée en ligne dans le journal Heart.

Au regard de leurs observations, les scientifiques ont constaté que le risque d'arrêt cardiaque était plus élevé les dimanches, lundis, jours fériés. L’intelligence artificielle a prédit également que l'hiver, les basses températures et les fortes baisses de température au cours des jours et entre les jours étaient plus fortement associées à l'arrêt cardiaque que les seules données météorologiques ou temporelles. Ces informations pourraient être utilisées comme système d'alerte précoce pour les citoyens, pour réduire leur risque et améliorer leurs chances de survie et la préparation des services médicaux d'urgence.

Vidéo - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Ces quatre points vont vous sauver des maladies cardiovasculaires"

Améliorer le pronostic vital des patients

Sur 1 299 784 cas survenus entre 2005 et 2013, l'apprentissage automatique a été appliqué à 525 374, en utilisant des données météorologiques ou temporelles, ou les deux. Et pour voir à quel point l'approche pourrait être précise au niveau local, les chercheurs ont effectué une "analyse de carte thermique", en utilisant un autre ensemble de données tiré de l'emplacement des arrêts cardiaques hors de l'hôpital dans la ville de Kobe entre janvier 2016 et décembre 2018.

"Notre modèle prédictif de l'incidence quotidienne de [l'arrêt cardiaque hors hôpital] est largement généralisable pour la population générale des pays développés, car cette étude avait un échantillon de grande taille et utilisait des données météorologiques complètes", notent les experts. Avant d’ajouter : "Les méthodes développées dans cette étude servent d'exemple d'un nouveau modèle d'analyse prédictive qui pourrait être appliqué à d'autres résultats cliniques d'intérêt liés aux maladies cardiovasculaires aiguës potentiellement mortelles". Selon eux, ce modèle prédictif pourrait aider à prévenir [l'arrêt cardiaque en dehors de l'hôpital] et améliorer le pronostic des patients.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles