Crise au Sri Lanka: les marchés financiers ne rouvriront pas cette semaine

·1 min de lecture

C'est un symptôme supplémentaire de la grave crise financière que traverse le Sri Lanka : les marchés financiers resteront fermés cinq jours supplémentaires la semaine prochaine. Depuis le 8 avril, la Bourse de Colombo est à l'arrêt à cause de la grave crise qui a conduit le pays à se déclarer en défaut de paiement le 12 avril dernier. À court de devises, le Sri Lanka entame la semaine prochaine des discussions cruciales avec le FMI.

La Bourse de Colombo aurait dû rouvrir ce lundi, mais elle restera fermée cinq jours supplémentaires.

Selon les autorités boursières, cette mesure est « dans l'intérêt des participants aux marchés si cela leur offre une opportunité d'avoir plus de clarté et de compréhension de la situation économique ».

Or, c'est justement là où le bât blesse, les opérateurs financiers et économiques n'ont plus aucune visibilité depuis que le pays est en cessation de paiement.

Rouvrir la Bourse en pleine tempête aurait été prendre le risque de voir s'effondrer la valeur des sociétés sri-lankaises, sans parler de la roupie qui a déjà perdu un tiers de sa valeur ces trente derniers jours.

À court de devises, le pays ne peut plus importer suffisamment de produits pétroliers, ni de denrées alimentaires, et les pénuries menacent de déboucher sur une famine, selon le président du Parlement.

La lumière viendra peut-être du FMI. Des discussions sont prévues lundi à Washington entre les dirigeants sri-lankais et ceux du Fonds.

Les deux grands créanciers de l'île, la Chine et l'Inde, ont jusqu'à présent refusé toute restructuration de l'énorme dette publique, préférant augmenter leurs lignes de crédit.

►Lire aussi : Au Sri Lanka, les habitants de l'île de plus en plus exténués par la crise

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles