Crise alimentaire : encore des millions de personnes déracinées

Filippo Grandi, haut-commissaire pour les réfugiés de l'ONU, est particulièrement inquiet pour la Corne de l’Afrique et le Sahel.
Filippo Grandi, haut-commissaire pour les réfugiés de l'ONU, est particulièrement inquiet pour la Corne de l’Afrique et le Sahel.

La guerre en Ukraine a engendré une grave crise alimentaire qui a déjà déraciné des millions de personnes, et ce n'est, semble-t-il, pas près de s'arrêter. Si le monde n'arrive pas à juguler cette crise sans précédent, le record de 100 millions de personnes déracinées pourrait grossir encore d'« un grand nombre de personnes », a prévenu le haut-commissaire pour les réfugiés de l'ONU. « Ce qui est fait pour répondre à la crise de l'insécurité alimentaire […] est d'une importance cruciale pour éviter qu'un plus grand nombre de personnes ne se déplacent », a insisté Filippo Grandi, lors d'un point de presse. Il ne sait pas combien, « mais ce sera un grand nombre », a souligné le haut-commissaire, présentant le rapport annuel 2021 de l'organisation qu'il dirige.

La guerre menée par les Russes prive le monde de céréales et d'engrais, fait flamber les prix et menace de faim des millions de gens dans le monde. « L'impact, si ce n'est pas résolu rapidement, sera dévastateur », alerte Grandi, avant de se reprendre : « Il est déjà dévastateur. » Cette catastrophe en devenir occupe la ministérielle de l'OMC, réunie à Genève, tout comme la session du Conseil des droits de l'homme et les plus hautes instances de l'ONU.

À LIRE AUSSILuc de Barochez – Le chantage alimentaire de Poutine

Fin 2021, le monde comptait 89,3 millions de réfugiés et de déplacés internes, plus de deux fois plus qu'il y a 10 ans, dont 53,2 millions de déplacés internes et 27,1 millions de réfugiés. M [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles