Crise énergétique: le tract de la majorité à destination des boulangers

Le tract à destination des boulangers par l'exécutif.  - BFMTV
Le tract à destination des boulangers par l'exécutif. - BFMTV

Ils comptent parmi les principales victimes économiques de la crise énergétique. Les boulangers sont particulièrement touchés par la hausse des prix du gaz et de l'électricité. Au point que certains d'entre eux sont contraints de fermer boutique. L'exécutif et sa majorité s'activent donc pour désamorcer l'inquiétude et la colère potentielle de ce secteur-clé et sensible pour le quotidien des Français.

Tandis qu'Emmanuel Macron s'est adressé ce jeudi à la profession depuis l'Élysée, l'assurant qu'il se tenait "à ses côtés", il a également demandé à son mouvement Renaissance de se déployer localement auprès des boulangers afin de les apaiser. L'initiative passe d'abord par un tract que les militants distribueront samedi à ces derniers, ainsi qu'aux artisans et petits commerçants, au cours d'une opération porte-à-porte. BFMTV a pu se procurer ce document.

"Mieux protéger" les commerçants de "situations difficiles"

Cette feuille, remplie recto-verso, ne comporte pas d'annonce. Elle vise plutôt à reprendre les mesures déjà mises en place. Défendant son bilan et affirmant que le dispositif choisi a permis d'atténuer les effets de la flambée de l'énergie, le gouvernement admet qu'"il y aussi des situations individuelles difficiles et des secteurs qui sont davantage touchés par la hausse des prix de l’énergie."

"Pour mieux les protéger, et ne laisser aucun professionnel sans solution, le gouvernement agit avec un plan de soutien massif", poursuit le texte.

"Amortisseur", report et étalement des factures: les moyens proposés

Celui-ci résume ensuite les moyens à disposition de ces petites entreprises. Se tournant vers les échoppes ne bénéficiant pas du "bouclier tarifaire" car considérées comme trop énergivores, les rédacteurs du texte soulignent que l'État veut agir en "amortisseur".

"L’État prend en charge une partie de la facture d’électricité dès lors que le prix souscrit dépasse un certain niveau de prix", est-il écrit.

On explique alors la marche à suivre: "L’entreprise signale sur le site de son fournisseur qu’elle est une PME, l’aide est ensuite automatique dès la facture de janvier".

Le texte rappelle ensuite qu'en cas de problème de trésorerie, "le report du paiement des charges fiscales et sociales sera possible". Il est aussi possible le cas échéant d'étaler le paiement des factures. Pour ce faire, il faut "écrire à (son) fournisseur pour en bénéficier".

Les fournisseurs interpellés

Un volet du dispositif concerne justement les fournisseurs. "Tous les fournisseurs s’engagent à renégocier les contrats des petites entreprises qui auraient été conclus à des tarifs déraisonnables (négociés à un moment où les prix étaient particulièrement élevés)", peut-on lire dans ce document.

"Dans l’affirmative les contrats pourront être résiliés sans frais".

Enfin, il est noté que les fournisseurs se sont engagés à travers une charte de responsabilité par laquelle ils s'obligent à proposer "un tarif équilibré dans des délais raisonnables".

"L’État rendra publique la liste des fournisseurs qui ne respectent pas la charte, si leurs engagements se sont pas tenus", prévient l'autorité.

Celle-ci indique encore que petits commerçants et entrepreneurs peuvent s'appuyer sur un numéro vert dédié: 0-806-000-245.

Réplique au RN

Il faut aussi voir dans ce tract la réponse du berger à la bergère. Ou plutôt de la majorité à l'opposition constituée par le Rassemblement national. Mardi, son président, Jordan Bardella, a ainsi publié sur Twitter une Lettre aux boulangers de France. Celui qui est aussi député européen s'en prenait au chef de l'État.

"Quel paradoxe de voir le président de la République se réjouir de l'inscription de la baguette au patrimoine immatériel de l'humanité par l'Unesco, mais condamner, par son inaction, des milliers d'artisans-boulangers à fermer le rideau, pris à la gorge par une inflation hors de contrôle", lançait notamment Jordan Bardella.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Ce dernier a préconisé dans sa lettre ouverte de sortir "des règles européennes de fixation des prix de l'électricité".

Article original publié sur BFMTV.com