Crise énergétique : vers un ralentissement du déploiement de la 5G dans les zones rurales ?

© Olivier Coret/SIPA

Selon les informations transmises jeudi par Les Échos , les opérateurs souhaitent diminuer la consommation électrique de leurs réseaux et réduire les factures de leurs clients, tout en s'alignant sur la politique de « sobriété énergétique » prônée par le gouvernement. Pour y parvenir, la Fédération française des télécoms, regroupant tous les professionnels de la téléphonie mobile sauf Free, a émis le vœu de ralentir le déploiement de la couverture 5G dans les zones rurales, dans un courrier adressé au ministère de l’Économie et des Finances, à celui de la Transition écologique, mais aussi à l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (Arcep), et enfin à plusieurs parlementaires.

Consulté par le quotidien, le document suggère que « le rythme de déploiement de la 5G (…) dans les zones moins denses pourrait être interrogé » et rappelle que l'installation d'une antenne 5G sur un site 2G-3G-4G existant « accroît la consommation électrique du site de 40 % ». Tout au long de cette missive, les opérateurs affirment que donner le feu vert à une « modulation » réduirait d'environ 1,4 % la consommation électrique des réseaux en 2023. Un chiffre qui pourrait atteindre les 5%, combiné avec d'autres requêtes exprimées par la filière.

Lire aussi - Comment réduire l'impact environnemental de la 5G ?

Le ministère de la Transition numérique n'est pas emballé

Alors qu'ils sont en avance sur l'objectif des 10 500 antennes 5G en France en 2025, puisqu'entre 4 000 et 4...


Lire la suite sur LeJDD