Crise énergétique : ces mairies qui font des restrictions face à la hausse des prix

Réduire les services publics ou augmenter les impôts ? Un dilemme pour les élus locaux, en première ligne face à la crise énergétique , alors que le congrès annuel des maires de France se déroule jusqu'au 24 novembre à Paris. Confrontés à des factures exorbitantes, des édiles se sont regroupés en collectif "Stop Racket Énergie" et dénoncent une hausse des prix de 300 à 3.000%. À l'origine de cette initiative, le maire de Neuilly-sur-Marne, en Seine-Saint-Denis. Économies d'énergie obligent, dans cette commune il fait désormais plus frais et plus sombre.

Le froid s'est emparé du bureau du maire comme celui du directeur général des services, Arnaud Péan. "Être derrière un ordinateur ou au téléphone à 16 degrés, c'est rude. Du coup, on met plusieurs pulls, une écharpe et un manteau d'hiver sur les épaules", témoigne-t-il.

>> LIRE AUSSI - Crise énergétique : les astuces des stations de ski pour tenir le cap sans gonfler les prix

"On ne fait que 10% d'économie"

Et ailleurs, ce n'est pas mieux. Le thermomètre affiche 19 degrés dans les autres bureaux, comme dans tous les équipements gérés par la ville, de la médiathèque à l'hôtel de police, en passant par les 22 écoles. Cette baisse de chauffage s'accompagne d'une série de mesures drastiques pour faire un maximum d'économies d'énergie comme l'explique le maire Zartoshte Bakhtiari. "Un trottoir sur deux est éteint, il n'y a pas d'eau chaude dans les équipements publics et il y a en plus un éclairage qui s'éteint au bout de 30...


Lire la suite sur Europe1