Crise énergétique : la centrale charbon de Saint-Avold reprend du service

En raison de la crise de l’énergie, la centrale à charbon de Saint-Avold (Moselle) va devoir redémarrer. Alors qu’elle avait définitivement fermé le 31 mars dernier, l’État lui a demandé de relancer sa production pour cet hiver. La direction a donc dû convaincre ses anciens salariés de revenir sur site jusqu’en mars 2023. Et même si la plupart sont heureux de reprendre leur activité, ils sont sceptiques quant à ce redémarrage.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"J’ai l’impression qu’on a déterré un cadavre"

Au cœur de la centrale, des dizaines de camions déchargent à nouveau des centaines de milliers de tonnes de charbon . Une montagne noire d’une quinzaine de mètres s’est déjà formée. Tout le monde travaille d’arrache-pied. "On est content de revenir parce que ça fait de l’activité", admet Sylvain Krebs, responsable du parc.

Mais cet ancien salarié est tout de même un peu amer. "Pour moi, on a déterré un cadavre", lance-t-il. "Les 210.000 tonnes de charbon que vous voyez, ça va faire du CO², on le sait", soupire-t-il. "On va être obligé de le faire pour le bien de la nation, mais c’est vraiment parce que [l’État] nous le demande", conclut-il.

De grosses primes pour faire revenir les salariés

Presque tous les anciens salariés ont accepté de sortir de leur congé de reclassement ou de leur retraite anticipée, appâtés notamment par une prime mensuelle pouvant aller jusqu’à 5.800 euros. "Sur nos 69 salariés licenciés fin mars dernier, 68 sont de retour&q...


Lire la suite sur Europe1