Crise économique : "C’est aux milliardaires et aux actionnaires de mettre la main à la poche", estime Jean-Pierre Mercier (CGT)

"Bruno Le Maire ne va même pas réussir à empêcher des milliers de suppressions d’emplois à Air France, alors que l’État va donner des milliards d’euros à cette compagnie, et il voudrait nous faire croire qu’en contrepartie d’aides de l’État Renault ou PSA devraient peut-être relocaliser certaines de leurs activités", commente Jean-Pierre Mercier, délégué syndical CGT chez PSA. Pour y arriver, "il faudrait affronter le pouvoir des actionnaires qui, eux, ne vont même pas mettre un centime dans la crise sanitaire", assure-t-il. Les 35 heures menacées "Les constructeurs vont recevoir de centaines de millions d’euros d’aides publiques, voire des milliards, et ne vont pas relocaliser une seule activité", affirme le syndicaliste. Pire, "il y a des menaces sur l’emploi, sur les salaires, sur le temps de travail. Il va falloir que l’ensemble des salariés du pays se rassemblent pour défendre leurs intérêts. Ce n’est pas à nous de faire les frais de cette crise, c’est aux milliardaires et actionnaires de mettre la main à la poche", conclut Jean-Pierre Mercier.