Crise économique : à Montpellier, les jeunes ne veulent pas être oubliés

De notre correspondant à Montpellier, Benjamin Téoule
·1 min de lecture
Manifestation à Montpellier pour l’emploi et contre la précarité
Manifestation à Montpellier pour l’emploi et contre la précarité

« J'ai des crises d'angoisse, nous vivons dans l'incertitude permanente. Il faut attendre le discours de Macron pour savoir ce qu'il va se passer le lendemain. » Comme de nombreux jeunes, Benjamin, étudiant en troisième année de sciences sociales à Montpellier, est venu grossir la manifestation pour l'emploi et contre la précarité impulsée par plusieurs organisations syndicales. Derrière la tête de cortège animée par la CGT et les cheveux grisonnants des personnes habituées à ce genre de rassemblement, les jeunes sont venus partager leurs inquiétudes, refusant d'appartenir à « une génération sacrifiée ». Des visages déjà aperçus dans les mouvements sociétaux Black Lives Matter ou les marches pour le climat.

Xavier, 32 ans, participe à la première mobilisation des assistants d'éducation (AED). « Nous sommes en sous-effectif et sommes souvent employés en CDD, rarement reconduits », explique ce surveillant au collège Fontcarrade, dans l'ouest de la ville. Et de préciser : « Ce métier est considéré comme un boulot étudiant, alors que ce n'est pas le cas. C'est violent ! Nous sommes essentiels pour les établissements scolaires. » À ses côtés, Florien, 25 ans, a l'impression de servir de « bouche-trou ». « Mon contrat civique est détourné et on me demande d'intervenir en tant qu'AED tout en me sollicitant sur des missions pour lesquelles je ne suis pas formé », déplore le jeune homme.

Des étudiants ou jeunes travailleurs sont venus grossir les rangs des manifesta [...] Lire la suite