Crise à l'hôpital : les soignants sont à un «point de rupture», selon Rémi Salomon

© FREDERICK FLORIN / AFP

Les soignants sont à un "point de rupture", a estimé jeudi Rémi Salomon, président de la Commission médicale d'établissement (CME), l'instance représentative des médecins au sein des hôpitaux de Paris (AP-HP), sur franceinfo. "On est arrivé à un point de rupture, à une bascule, avec une sorte de découragement, de désengagement" des soignants, a dit le professeur Salomon.

Il a qualifié de "tout début" l'annonce mercredi par la ministre de la Santé , Brigitte Bourguignon, d'un doublement du paiement des heures supplémentaires des soignants. "Il va falloir aller beaucoup plus loin" et aussi "plus vite", a-t-il dit en évoquant aussi la nécessité de payer mieux les gardes et astreintes. Quant à l'annonce d'un recrutement anticipé des élèves infirmiers  en attente de la remise de leur diplôme, "c'est une bonne chose", conclut Rémi Salomon.

>> LIRE AUSSI - Hôpital en grève : «On est limite épuisés de faire des mouvements pour rien»

"Il n'y a pas assez d'argent dans l'hôpital pour bien soigner"

La ministre de la Santé a annoncé mercredi une série de "premières mesures" afin de surmonter un "été difficile" à l'hôpital, "sans attendre" les conclusions d'une mission flash commandée par le gouvernement sur les urgences. Rémi Salomon a estimé que le pays disposait d'un "très bon système de santé, qui dans l'ensemble marche plutôt bien", mais au sein duquel, "dans plein d'hôpitaux en France on ne peut plus soigner correctement", faute d'un nombre suffisant de soignants. Selon lui, &...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles