Crise à Hong Kong: Pékin rappelle à l'ordre le milliardaire Li Ka-shing

Pékin a rappelé à l’ordre le plus célèbre des milliardaires de Hong Kong et pendant longtemps l’homme le plus riche d’Asie, Li Ka-shing. Elle lui reproche ses commentaires perçus comme favorables aux manifestants hongkongais.

Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

Li Ka-shing est le milliardaire le plus emblématique de Hong Kong. Parti de rien, vendeur de fleurs en plastique dans la rue dans les années 1950, il est devenu l’un des hommes d’affaires les plus puissants du monde.

Mi-août, Li Ka-shing avait déjà pris des pleines pages dans les journaux, en chinois et en anglais, pour exprimer sa position aux Hongkongais. Son message avait été salué pour son ambiguïté. Personne n’était sûr d’avoir bien compris ce qu’il voulait dire, hormis le fait qu’il condamnait la violence. Il avait parlé, mais sans vraiment prendre parti et Pékin n’avait alors pas réagi.

Mais ses récentes déclarations, selon lesquelles les jeunes de Hong Kong étaient les maîtres du futur, insistant sur « l’importance de trouver une porte de sortie », ont été interprétées par une haute instance officielle chinoise comme un encouragement aux crimes. Les remontrances de Pékin accusent aussi le tycoon d’être à l’origine de la crise du logement de Hong Kong.

Li Ka-shing a jugé regrettables ces remarques déplacées, mais a rappelé qu’à 91 ans, il avait pris l’habitude d’être mal compris.

Pékin entretient des relations complexes avec les milliardaires de Hong Kong qui ont désormais de nombreux intérêts en Chine, mais qui sont loin d’adhérer à l’idéologie du Parti communiste chinois.