Crise à Hong Kong: nouveau dimanche de heurts entre policiers et manifestants

Le weekend s’est terminé avec de nombreux heurts à différents endroits de l'ancienne colonie britannique, malgré l’ambiance de fête du Festival de la mi-automne.

La manifestation qui n’avait pas été autorisée a quand même eu lieu ce dimanche 15 septembre, avec plusieurs dizaines de milliers de personnes. Elle a dégénéré en confrontations violentes.

En réponse aux cocktails molotov et briques lancés par les manifestants, la police a déployé ses canons à eau. Elle a également tiré des gaz lacrymogènes aux abords immédiats des immeubles du gouvernement et du quartier général de l’armée de libération populaire.

Pas d'arrestation

Après quelques heures de confrontations en fin de journée dans le centre de l’île de Hong Kong, les manifestants avaient réussi à se disperser sans que la police ne parvienne à en arrêter aucun. Des centaines de policiers en tenue anti-émeutes ont ensuite paradé dans certaines grandes rues, escortés par les canons à eau et des véhicules blindés, mais sans plus vraiment de manifestants à écarter.

« Je me promenais juste dans les rues et je ne saivais pas exactement ce qui se passait, explique un instituteur qui suivait tranquillement un cortège de policiers à Causeway Bay. Il y avait beaucoup de monde, c’est comme ça toutes les semaines maintenant, tous les dimanches, tous les samedis. »

Quand on lui demande si les Hongkongais continuent de soutenir le mouvement de protestation malgré l’annonce du retrait du projet de loi, l’homme est affirmatif. « Oui absolument, jusqu’à présent, je pense que la plupart des gens de Hong Kong sont très favorables et ils continuent de soutenir cette révolution. » Révolution ou pas, le soutien à ce mouvement reste entier.