Crimes sexuels : Sandrine Rousseau plaide pour "inscrire l'imprescriptibilité dans la loi"

·1 min de lecture

Cette semaine a éclaté un scandale familial livré au public par l'intermédiaire du livre de Camille Kouchner. Dans La Famille grande, elle dénonce l’inceste dont son frère a été victime de la part de son beau-père, Olivier Duhamel. Femme politique écologiste, Sandrine Rousseau a créé l’association "Parler" pour accompagner les victimes de violences sexuelles. Invitée d'Europe 1 samedi, elle a plaidé pour supprimer le délai de prescription : "La justice doit s’adapter [...] il faut inscrire dans la loi l'imprescriptibilité des crimes sexuels, notamment sur mineur."

>> A LIRE AUSSI - #BalanceTonPorc : "Il faut donner les moyens aux femmes de gagner en justice", défend Sandrine Rousseau

"Le temps de la justice n'est pas celui des victimes"

Sandrine Rousseau constate qu'aucune affaire de violences sexuelles impliquant une personnalité connue n'a jusqu'ici donné lieu à une condamnation. "Cela montre l’omerta organisée autour de l’agresseur pour que ceux qui savent et subissent ne puissent pas parler." Elle affirme également que les victimes ont besoin de réaliser tout un cheminement personnel avant de pouvoir envisager des poursuites. Or, ce temps n'est selon-elle pas celui de la justice.

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici

Le délai actuel de prescription s'élève à 30 ans, au motif que passé ce temps, les preuves se raréfient. "Mais l’ampleur de ces crimes et les conséquences que ça a sur la vie des personnes qui en sont victimes nécessite que...


Lire la suite sur Europe1