Crimes sexuels : il faut "un débat public, expliquer pourquoi le rapport adulte-enfant n'est pas permis", affirme un ancien président de Tribunal pour enfants

franceinfo
·1 min de lecture

L'ancien président du Tribunal pour enfants de Bobigny Jean-Pierre Rosenczveig réagit à la proposition de loi qui sera discutée pour encadrer plus sévèrement les violences sexuelles commises sur les enfants et les adolescents. Invité de franceinfo mercredi 10 février, il affirme que "le point important, c'est qu'il ne faut pas se contenter de faire la loi. (...) Il y a un débat public à avoir, avec l'opinion. Il ne suffit pas de dire à tout le monde c'est interdit. Il faut expliquer pourquoi le rapport entre un adulte et un enfant n'est pas une relation permise".

franceinfo : La majorité souhaite punir toute pénétration sur un mineur de moins de 15 ans, pour en terminer avec le débat sur la question du consentement, c'est une avancée ?

Jean-Pierre Rosenczveig : C'est une avancée importante, une avancée historique. Nous la demandions de longue date. On a malheureusement loupé le coche avec la loi du 3 août 2018. Et là, il faut sous la pression que le gouvernement reprenne sa copie. On aurait dû le faire plus tôt. Il aurait fallu dire qu'effectivement, le fait pour un adulte d'avoir un acte de pénétration sur un enfant, non seulement c'est un délit, mais surtout un crime et un crime autonome. Et là on ne parle même pas de viol. Le simple fait qu'un adulte ait une relation sexuelle avec quelqu'un qui a moins de 15 ans est un crime, point barre. "Touche pas l'enfant", c'est ce que vient dire ou va dire la future législation.

Ce moment où la parole se libère sur ce sujet si (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi