Crimes de guerre : Frédéric Leclerc-Imhoff, huitième journaliste tué en Ukraine

AP/SIPA

Journaliste reporter d’image à BFM-TV, Frédéric Leclerc-Imhoff avait 32 ans.

Il est 11 heures, ce 24 mai. A Bakhmout, Serguii Gaïdaï, le gouverneur de la région de Louhansk, vient de donner son feu vert. Paris Match peut monter à bord du camion Mercedes blindé donné par une ONG britannique à la police de Severodonestk afin de convoyer de l’eau et la nourriture dans la ville voisine de Lyssychantsk puis de procéder à l’évacuation de civils. La route qui relie Bakhmout à Lyssychiantk longe le front. Elle est dangereuse, à portée de sniper et frappée par des tirs de mortiers. Le gouverneur émet une condition : une seule personne de Paris Match prendra place à bord. Le camion est plein de packs d’eau à l’arrière. Il faut scinder l’équipe. Priorité est donné à notre photographe : Frédéric Lafargue. Il monte dans le camion avec trois policiers équipés comme des soldats et dirigés par Viktor Levchenko. Dans l’habitacle, la tension monte après vingt minutes de route. Les hommes enfilent leur casque : « On a promis à nos mères de les porter », sourit Viktor. Les nouvelles sont mauvaises sur le front. Les Russes progressent.

Pendant l’excursion de Frédéric, Sergueï, notre traducteur et moi-même, nous déplaçons sur une route qui rejoint le trajet du camion Mercedes sur son premier tiers, à hauteur de Soledar. Nous constatons que des mortiers et des bombes à sous-munitions y tombent régulièrement. Viktor fait la même observation. Il décide de rallonger le trajet en passant par une piste certes cahoteuse, mais plus éloignée du feu. Arrivés sur place sans encombre, les hommes procèdent à la distribution des vivres tandis qu’un obus de mortier explose à proximité. Un éclat brûlant retombe à côté du camion. Puis les policiers entreprennent d’évacuer les civils. Tâche ardue. La plupart refuse de quitter leur(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles