Crime dans le Larzac (France 3) Stéphane Guillon : "Il y a eu un avant et un après Le Bazar de la Charité"

·1 min de lecture

Vous aviez peu joué jusque-là dans des thrillers. Est-ce un genre qui vous attire ?

Stéphane Guillon : J’ai dû faire trois ou quatre participations dans des fictions policières, dont un Navarro. Mais le genre m’importe peu. Du moment que le rôle m’intéresse et que le courant passe bien avec l’équipe, je fonce. C’est ce qui s’est passé avec le réalisateur Marwen Abdallah. Notre rencontre a été très chaleureuse. Quant à Florence Pernel, c’est une femme charmante, sérieuse et une excellente comédienne.

Vous interprétez le docteur Alain Rougemont. Comment avez-vous préparé ce rôle ?

Je me suis inspiré de deux médecins parmi mes connaissances. Il me semblait surtout intéressant de reproduire cette bonhomie et cette empathie qui les caractérisent.

Le téléfilm s’est tourné à Saint-Affrique, dans le sud de l’Aveyron. Vous connaissiez la région ?

Non, je ne la connaissais pas. J’en garde d’excellents souvenirs. Nous avons traversé en voiture de beaux paysages, tour à tour vallonnés, encaissés, avec de grands espaces sauvages que l’on ne retrouve nulle part en France. J’ai été frappé par la beauté de cette nature. J’ai pu mesurer combien avait été important le combat des militants des années 70 pour préserver le Larzac. Il y a eu tant de coins de France qui ont été totalement massacrés et défigurés à vie par une urbanisation effrénée.

À lire également<... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi